PRÈS DE 500 QUÉBÉCOIS    EMPRISONNÉS

Le gouvernement de Pierre Elliot Trudeau impose la Loi des mesures de guerre.

Nous sommes un regroupement visant à demander aux tribunaux compensation pour les dommages et préjudices subis par les victimes québécoises d'emprisonnement durant l'imposition injustifiée de la loi sur les mesures de guerre à l'automne de 1970 dans ce qu'il est convenu d'appeler la crise d'Octobre. Il y a 50 ans, près de 500 personnes ont vu leurs droits suspendus. Certaines ont été intimidées, battues, voire torturées. Ces centaines de personnes ont besoin d'une voix. Justice pour les prisonniers d'octobre 1970 est cette voix.
(c) Crédit photo : Paul-Henri Talbot, La Presse

Photo_Paul-Henri_Talbot_La_Presse_archiv
 

GAÉTAN DOSTIE

Témoignage d'un ex-prisonnier

Dans la nuit du 16 au 17 octobre vers 4 heures du matin se présentent 8 agents : 2 agents de la GRC, 2 agents de la police provinciale, 2 agents de la police municipale et 2 membres de l’armée canadienne avec leurs mitraillettes. Il va y avoir des agents qui vont être à toutes les portes, compris la porte arrière qui mène au sous-sol. La maison est encerclée. Il y a des voitures de police partout dans la cour, sur la rue.

Tous les gens de la famille, on leur ordonne de descendre en bas. Ils sont rassemblés dans le salon. C’est un agent avec la mitraillette qui est là pour les surveiller. Ils ne pourront pas aller à la chambre de bain seuls. Ils pourront pas fermer la porte de la chambre de bain. Et là il y a une fouille systématique qui se fait dans toute la maison. (…) La maison est vaste. Ils vont même aller dans le garage. Il va y avoir 6 heures de fouille.

On m’amène à Montréal à la prison de Parthenais et dans les premières heures au 4e étage. Mon voisin de gauche, c’est Pierre Vallières. Après ça, Gaston Miron. Après ça, y a Gérald Godin. Et après ça, y a Charles Gagnon. Je suis le seul survivant de cette… Et ce moment-là va cristalliser toute ma vie.

Témoignage livré lors d'un reportage de Radio-Canada Estrie diffusé le 19 octobre 2010


Gaetan_Dostie_simple.png
 
Photo_archives_Jacques_Bourdon_6000-8000

PÉTITION

Nous en appelons à la solidarité québécoise. Posez un geste simple et combien significatif! Signez notre pétition pour faire reconnaître les préjudices subis par les victimes d'emprisonnement de la crise d'Octobre 1970.

 
balance_justice_edited_edited.jpg

RECOURS JUDICIAIRE

Une poursuite est présentement intentée par M. Gaétan Dostie et al. contre le Procureur général du Canada afin de faire déclarer anticonstitutionnelle la Loi des mesures de guerre promulguée le 16 octobre 1970 qui, entre autres, suspendaient les droits individuels, notamment ceux des Québécois qui ont été emprisonnés. Consultez le document. Et si vous faites parties des nombreuses victimes de la crise d'Octobre, écrivez-nous!

 
Micro_media.jpg

DANS LES MÉDIAS

Revendications pour les prisonniers d'Octobre 1970

  • Daniel Turp, président de l'IRAI et professeur titulaire à la Faculté de droit de l’Université de Montréal (QUB Radio)

  • À la crise d’Octobre de 1970 et la fraude d’Octobre 1995, le peuple québécois doit répondre: nous avons droit à un pays (TVA)

  • Pour ne pas en finir avec Octobre (TVA)

  • Un prisonnier d’Octobre demande justice (Journal de Québec

  • Marc-André Bédard et des prisonniers d'Octobre 1970 réclament aussi des excuses d'Ottawa (Radio-Canada)

 

NOUS AIDER

Notre regroupement compte sur la collaboration du public et sur sa générosité afin de faire valoir les droits des anciens prisonniers d'Octobre 1970 devant les tribunaux. Il est en effet inacceptable que près de 500 personnes aient été violentées et emprisonnées parce qu'il s'agissait d'indépendantistes et que le gouvernement de Pierre Elliot Trudeau craignait la survenue d'un autre Mai 68. En ce 50e anniversaire des évènements, nous portons la cause de ces victimes pour la reconnaissance des préjudices subis.

Menottes_liberte_edited.jpg
solidarite_equipe_edited.jpg
Carte_credit_portemonnaie_edited.jpg

POUR QUE JUSTICE SOIT RENDUE

Notre mission consiste à entreprendre des recours judiciaires afin de faire valoir les droits des victimes d'emprisonnement d'octobre 1970. Consultez notre site pour savoir où en sont rendus les recours. Si vous souhaitez transmettre de l'information à nos juristes, communiquez avec nous sans tarder.

TÉMOIGNAGES DEMANDÉS

Vous avez vécu la crise d'Octobre à titre de prisonnier ou encore avez été témoin d'arrestations qui ont eu lieu à l'époque? Ou peut-être connaissez-vous des personnes qui ont été violentées, voire torturées pendant ce sombre épisode de notre histoire? Si tel est le cas, veuillez svp communiquez avec nous dès maintenant.

SOUTIEN FINANCIER

Notre organisme sans but lucratif est exclusivement voué à la défense des droits des victimes d'octobre 1970 ayant été emprisonnées. Par vos dons, vous nous permettez d'accomplir notre mission. Svp faire parvenir vos dons par Interac à crisedoctobre1970@gmail.com en mettant le mot justice comme réponse. Nous vous en remercions.

 

Abus, impostures et victimes

L’IRAI dévoile l’intégralité de son étude intitulée Démesures de guerre : abus, impostures et victimes d’Octobre 1970. Grâce à la collaboration de sept chercheuses et chercheurs, l’étude porte un regard nouveau sur les dimensions historiques, politiques et juridiques de la Crise. Cinquante ans plus tard, des archives inédites révèlent que les mesures de guerre n’ont jamais été proclamées légalement, en octobre 1970.

Institut de recherche sur l’autodétermination des peuples et les indépendances nationales (IRAI)

Demesures_de_guerre.png
 

La crainte d'une révolte

« La peur qu'inspire la jeunesse, deux ans après Mai 68 et quelques mois après les émeutes de Kent University aux États-Unis, explique en partie le recours à la Loi sur les mesures de guerre. »

Éric Bédard

Chronique d'une insurrection appréhendée - jeunesse et crise d'Octobre 1970 (2020)

Livre_Insurrection_apprehendee_Bedard.jp
 
Louis_Fournier_FLQ_livre.png

FLQ - HISTOIRE D'UN MOUVEMENT CLANDESTIN

Louis Fournier fait la chronique exhaustive des quelque dix années d'activité du FLQ, du début des années 1960 au paroxysme tragique de la crise d'Octobre, à la loi sur les mesures de guerre, et à leurs suites. Il met son action dans le contexte des autres luttes de libération nationale de l'époque. Il examine avec minutie les opérations d'infiltration de la police et de la GRC, dont les abus ont mené à l'enquête de la Commission Keable et à son rapport accablant. Grâce un travail de recherche qui s'est étendu sur des années et à la contribution de nombreux témoins et acteurs, le livre de Louis Fournier parvient à éclairer ces événements cruciaux dans l'histoire du Québec comme aucun autre ouvrage ne l'avait fait auparavant, ni ne l'a fait depuis.

vlb Éditeur

 

QUI SOMMES-NOUS

FRÉDÉRIC BASTIEN - Historien et professeur au collégial, il est un spécialiste des stratégies mises de l'avant par les fédéraux pour brimer le peuple québécois. Il en a fait un livre fouillé et étoffé : La Bataille de Londres, qui relate les dessous du rapatriement de la constitution de 1982.

PIERRE CLOUTIER - Pierre Cloutier est avocat à la retraite (Barreau 1969). Il a pratiqué le droit pendant des décennies avant de devenir médiateur et arbitre en relations du travail. Il détient en plus une maîtrise en droit public et son mémoire de maîtrise portait sur le droit et la sécurité de l'État au Québec et au Canada. Il est un indépendantiste convaincu et a occupé diverses fonctions au Parti québécois au fil des ans.

CAROLE SUZANNE POIRIER - Rédactrice professionnelle et consultante en communication, elle a agi comme responsable des communications et attachée de presse de Frédéric Bastien pendant la course à la chefferie du Parti Québécois de 2020. Sensible à la cause des victimes d'Octobre 1970, elle s'engage à soutenir le regroupement par son expertise diversifiée.

On reconnaît sur la photo Simone Monet-Chartrand et son mari Michel Chartrand.

(c) Crédit photo : Jacques Bourdon, archives

Photo_archives_Jacques_Bourdon_Michel_Si
 

NOUS JOINDRE

Contactez-nous pour faire un don, offrir votre expertise juridique ou encore à titre de victime principale ou d'ayant-droit.
(c) Crédit photo : Jacques Grenier, Le Devoir

JUSTICE POUR LES PRISONNIERS D'OCTOBRE 1970
4522, rue Jeanne D'Arc
Montréal QC H1X 2E3

Merci pour votre envoi !

Photo_Jacques_Grenier_Le_Devoir_edited.jpg